De l'air !!

Juillet 2016. Saoulée par tous ces drames quotidiens, morts en pagailles aux quatre coins du monde.

L’humanité se scinde en deux : ceux qui entrent en compassion avec les victimes, et ceux qui crient à la haine et à la vengeance, sans même imaginer que ces tueries sont les résultats de « causes à effets ».
Il y a de tout : attentats (bombes, camions…), prises d’otages, tueries gratuites. Le tout orchestré et trop souvent repris au compte d’extrémistes en tous genres. Quand ce ne sont pas les gouvernements qui interprètent et transmettent, à qui veut bien les écouter, ce que la masse veut bien croire…
Pas un jour, ce mois-ci, sans qu’il n’y ait une tragédie sur la planète. En Europe, ailleurs.
Ah oui, cet ailleurs dont la plupart se fiche, parce qu’ils ne sont pas Occidentaux, « comme nous ». Le coup de la Tour Eiffel qui ne change de couleurs que lorsque cela touche les lambdas habituels, c’est lassant et surtout, révoltant.
Il n’y a pas de morts différentes. Pour un enfant afghan à Kaboul, ou un jeune ado à Munich. Il y a des larmes, de l’incompréhension pour ces parents, et toujours cette scission dans la manière de transmettre l’information.
En parallèle, il y a les réfugiés, qui s’amoncellent de part et d’autre de la Méditerranée. Et ceux qui sont morts noyés en tentant d’échapper à la guerre et à une vie de misère. Pour ceux-ci, il n’y a que mépris, haine et peur : ne sont-ils pas responsables de tous les maux visant ces bons Européens qui vivaient si tranquilles dans leurs pays sûrs et confortables ?
Je rajoute encore le désastre écologique en cours, encouragé et applaudi des deux mains par nos politiques corrompus.
Argent… Cet outil qui pollue les esprits, fait ressortir les caractères des personnes acariâtres pour qui le paraître est un état de vivre permanent, encouragé par les publicités pour des produits inutiles et désastreux pour l’écologie.
Quel mic-mac bien pourri tout ça…
Et nos enfants là au milieu ?
Qu’allons-nous leur laisser ? Un espoir ? Une lueur ?
Ils se retrouvent chômeurs dès la fin de leur formation. Et pourtant, ils y croient. Ils essaient. Ils sont compétents. Mais ils sont tributaires du système et ne peuvent pas offrir à la société ce qu’ils sont aptes à faire. Bras inutiles, plein de bonnes idées mais qu’ils ne peuvent pas mettre en pratique.
STOP !!!
Reprenons du début…
Je n’ai jamais suivi de cours politique à l’université, je butine les informations sur des médias libres de toutes manipulations étatiques ou financières. Je me fais mon idée, parfois à l’intuition, de ce qui paraît probable, ou qui ne l’est probablement pas.

J’ai mes pensées sur les ingestions quotidiennes de produits nocifs pour le corps humains (plastiques, pollution, métaux lourds…) et j’essaie de modifier mes habitudes quotidiennes pour épargner le gaspillage et les dégâts inhérents à cette surconsommation. J’offre au troc de mon village les objets dont je ne vois plus l’utilité chez moi, aspirant à un endroit de vie assaini et efficace.
Je suis née avec cette incompétence au « paraître », qui nourrit les 85% de la planète. Peu m’importe la mode ou le dernier cri. Il faut que cela soit fonctionnel et en respect avec la nature. Mais comment faire la balance avec ceux pour qui il n’existe que les habits « de marque » ou voitures puissantes ? Ceci entraînant des réactions de vautours dès qu’un billet de Fr. 10.- leur passe sous le nez, avec une avidité digne des doigts crochus de la sorcière de Blanche Neige… Toujours prêts à se battre à tout prix (c’est le cas de le dire) pour conserver la mainmise et le pouvoir sur ceux qui ne contribuent plus à leur petit confort personnel et égoïste…
Vivre loin de tout, loin d’eux, parce que la « bulle » ne suffit pas toujours à se préserver de leurs énergies nocives.
Couper les réseaux sociaux pour ne plus être pollués par les commentaires racistes et remplis de haine ? Pas forcément. Parce qu’il y a du bon à se trouver plusieurs à penser la même chose. Cela encourage, au détriment de certains profils qui s’autodétruisent. Parce que chaque goutte d’eau est importante pour composer l’océan.
La seule recette est de faire de son mieux. Non pas de rester sourds à la misère humaine, mais ne surtout pas se laisser entrainer par la boue des imbéciles et des intransigeants. Garder les pieds sur terre, faire de notre mieux dans notre quotidien, et laisser les « bas de plafond » s’enliser dans leur bêtise et leur méchanceté.
Je ne vois que ça. Pour avoir une goulée d’air frais, en reprenant notre souffle, baignant tous ensemble dans cet océan !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Choc de la réalité... Espoir à distance !

What's'UP ???

Vous avez du sans gluten ?